Un titre absolument pas accrocheur, une couverture que j'ai trouvée triste au premier abord... et les deux premières pages collées malencontreusement, ce qui faisait que je ne comprenais rien au début de l'histoire ! Autant dire que lorsqu'on m'a offert ce roman, il y a des années, je me suis dit qu'il resterait sur mon étagère. Et puis j'ai vu qu'il suffisait de décoller les deux pages pour entrer dans une très belle histoire et ce roman est devenu un réel coup de coeur, parmi mes préférés !

C'est de qui ? Michelle Magorian
Quelle collection ? Poche, Folio junior... plusieurs éditions au fil du temps dirait-on.

Ça se présente comment ? Un ou deux tomes selon l'édition. 346 pages pour l'édition Poche. De jolies images dans mon édition en deux tomes. :)

9782070551347FS Et l'édition actuelle : 9782070626069FS

Pour qui ?

Accessible dès 8-10 ans, je pense, mais agréable à lire aussi pour des adultes. Bref, pour ceux qui aiment les récits réalistes, teintés d'historisme. Les thèmes abordés ne sont pas toujours faciles, mais l'auteur ne verse ni dans le "gnangnan" malgré des passages tristes, ni dans l'insoutenable bien que certaines situations évoquées soient un peu dures. C'est à mon sens une histoire qui arrive à être poignante bien qu'accessible aux enfants, tant qu'on apprécie le genre "vie quotidienne".

De quoi ça parle ?

L'histoire se déroule au début de la seconde guerre mondiale, lorsque les enfants vivant à Londres sont évacués à la campagne afin d'éviter les bombardements. Tom est un vieil homme qui y vit seul et ne voit pas d'un très bon oeil qu'on lui impose l'hébergement d'un enfant. Le petit Will fait pourtant tout pour s'adapter et Tom découvre bientôt que, si l'enfant est si craintif, c'est qu'il a probablement été battu... Au début assez bourru, le vieil homme finit pourtant par faire une place à Will et s'attache à lui, essayant de lui redonner confiance en lui permettant de faire ce qu'il aime sans jamais le maltraiter. L'enfant finira par se lier d'amité avec d'autres jeunes de son âge et envisagera même de les rejoindre en classe alors qu'il ne sait ni lire ni écrire en arrivant à la campagne.

Je trouve que l'auteur aborde de façon délicate le thème des enfants maltraités avec tout ce qui s'ensuit, le repli sur soi-même et le sentiment de culpabilité, etc. C'est bien décrit sans que ce soit réellement dit : à aucun moment, Will ne décrit ce qu'il a pu vivre chez lui. Mais, petit à petit, il découvre le monde (manger son premier bonbon, ou simplement dormir dans un lit...) et s'ouvre à la vie. C'est un vrai plaisir de le voir évoluer dans ce climat somme toute très léger alors qu'en second plan, la guerre menace à la ville.

Puis arrive la fin du premier tome, dans mon édition, où Will apprend que sa mère souhaite qu'il rentre immédiatement auprès d'elle car elle est malade. L'enfant fait ses bagages et promet de donner de ses nouvelles à Tom. On ressort de ce retournement de situation avec une inquiétude sourde. Que va devenir will ?

Le second tome nous présente Will qui retrouve sa mère, une femme apparemment très sèche. Il découvrira qu'elle vit à présent avec un minuscule bébé qui n'est autre que la petite soeur de l'enfant. Cette dernière a du sparadra sur la bouce pour ne pas pleurer et là, on comprend de suite dans quel univer est revenu Will. Heureusement, Tom, n'ayant plus de nouvelles de Will, s'inquiète pour lui. Il décide alors d'aller le chercher à Londres. Il le retrouvera finalement, avec l'aide de la police, cloitré sous un escalier où sa mère l'a enfermé. Dans ses bras, l'enfant tient le bébé qui n'a pas survécu aux mauvais traitements. C'est un passage assez dur, d'autant que Tom n'aura pas l'autorisation de ramener Will chez lui, ce dernier sera confié aux services sociaux.

Alors, le vieil homme enlève l'enfant, convaincu que l'air de la campagne lui fera du bien. Là-bas, Will retrouve ses amis et, peu à peu, goût à la vie. Pourtant, la guerre viendra à nouveau frapper, car l'un de ses amis, appelé à Londres  auprès de ses parents, n'en reviendra jamais. C'est un passage très triste, où Will apprend à surmonter le deuil. D'ailleurs, dans l'ensemble, le deuxième tome est bien plus triste que le premier. Déjà, au début, Will doit se remettre du décès de sa petite soeur et des maltraitances de sa mère. Perdre ensuite son meilleur ami ne fera qu'ajouter au lourd climat qu'il subit. Pourtant peu, à peu, il reprendra à nouveau des forces et se remettra de ses émotions. Retrouvé par les autorités, il aura la permission de rester avec Tom, qu'il se décidera enfin à appeler "papa" au terme du livre.

Le seul point peut-être négatif, vis-à-vis des jeunes lecteurs, c'est le côté assez sombre de l'histoire. Ici, pas de grandes épopées, d'humour, ou de joyeuses aventures, c'est la vie quotidienne d'un garçon qui tente de se reconstruire malgré les épreuves.

En conclusion ?

Un récit très émouvant, sans verser dans les pleurnicheries. On évoque subtilement les deuils, la maltraitance et la guerre, autant de sujets difficiles mais qui ici sont traités efficacement de façon très naturelle sans jamais s'étendre inutilement. Un des rares livres capable de me mener aux larmes et que j'apprécie, c'est dire ! ;)

A noter, qu'il existe apparemment un film tiré du livre.

Quelques lignes ?

Dès que mes livres seront ressortis des cartons de déménagement ! ^^

coup_de_coeur