Des Pratchett en cadeau d'anniversaire, que demander de plus ?

Qui est l'auteur ? Terry Pratchett
Quelle édition ? L'Atalante, mais existe aussi en Poche

A quoi cela ressemble-t-il ? quinzième livre des annales du Disque-monde, 408 pages, terminées avant même d'être commencées. ^^

livres-guet-des-orfaevres

Pour qui ?

Ceux qui aiment l'humour un peu délirant, au service d'une bonne histoire (en l'occurence ce coup-ci une enquête policière) et d'un texte bien écrit. Du Pratchett dans toute sa splendeur !

Mon avis ?

Le Guet de nuit est en plein effervescence : tout d'abord, le capitaine Vimaire doit prendre sa retraite pour son mariage, ensuite le Guet se doit de recruter des membres des "communautés minoritaires". A savoir, nains, trolls et autres... Évidemment, un meurtre est commis et alors là, rien ne va plus ! Vimaire, suivi de Carotte (l'humain élevé chez les nains et donc techniquement nain) et de tous les autres va de guilde en guilde au lieu de préparer son mariage

J'avais déjà lu des tomes des annales traitant du guet et j'ai retrouvé avec grand plaisir les personnages qui le constituent. Si on y ajoute Gaspode, le chien doué de parole, et la Mort, qui se promène en essayant de faire de l'humour, alors on a un bon numéro qui se lit comme à rien ! Finalement, avoir lu les tomes sur le Guet en désordre ne m'a pas gêné plus que ça, c'était même agréable de trouver quelques explications sur les suivants, ce qui est souvent le cas quand on lit les annales dans le désordre.

Comme souvent (toujours ?) dans les annales, l'histoire n'est pas là que pour faire rire, mais amène une réflexion sur un sujet de société. Ici, l'intégration, le rejet, le racisme, évoqués à travers les recrutements au sein du guet. Sam Vimaire est d'ailleurs opposé à la présence des morts-vivants qu'il déteste (même si comme on lui fait remarquer, pour le guet de nuit, ce serait bien pratique !) et peu enthousiaste de voir débarquer trolls et autres personnages. Pourtant, avoir trolls et nains dans le guet sera bien pratique lorsqu'il faudra faire face aux émeutes raciales et autres débordements. Pas de morale ou de discours pompeux de la part de l'auteur : comme toujours, les thèmes un peu plus profonds qui se cachent dans les annales sont abordés par l'humour.

L'ensemble est drôle, mené tambour battant comme toujours, bref, une très bonne aventure avec une intrigue policière à la clef !

En conclusion ?

Un bon roman, rien à redire, ça se lit comme à rien !

Quelques extraits ?

p22-23

" "Ou est passé l'honneur, Blanquin ?
- Jsais pas, m'sieur. C'est pas moi qui l'ai pris."
[...]
Edouard Del Amort serait le doigt du Destin. L'ennui avec le Destin, bien sûr, c'est qu'il ne fait pas toujours attention où il met le doigt. "

sourire